Jeux de gorge inuit et chants de gorge sibériens

Dans cet article, je souhaite démontrer comment les jeux de gorge et les chants de gorge se ressemblent dans les diverses cultures autour du pôle, tout en ayant différentes significations : chez les Inuit du Canada, chez les Aïnou de l’île de Sakhalin (un ancien territoire du Japon, annexé à l’Union soviétique en 1945), et chez les Tchouktches de la Sibérie russe1. J’ai d’abord étudié les jeux de gorge inuit dans les années 1970, avec mon groupe de recherche de l’Université de Montréal dont faisaient partie Nicole Beaudry, Claude Charron et Denise Harvey. Le groupe était soutenu principalement par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Cette recherche s’occupait du katajjaq2, que l’on retrouve principalement dans le nord du Québec et le sud de la terre de Baffin. Des conversations avec Monique Desroches, une ancienne étudiante qui est aujourd’hui une de mes collègues ethnomusicologues à l’Université de Montréal, ainsi que des articles sur le katajjait du nord du Québec écrits par des membres de l’équipe anthropologique Inuksiutiit de l’Université Laval (Saladin d’Anglure 1978; Carmen Montpetit et Céline Veillet 1977, 1984) m’ont aussi aidé à comprendre la signification religieuse de ces jeux.
Les travaux, publiés ou non, de Beverley Diamond Cavanagh (1976), Denise Harvey et Ramon Pelinski m’ont amené à approfondir une connaissance des jeux pratiqués dans d’autres régions culturelles inuit : chez les Inuit Netsilik et les Inuit du Caribou. J’ai moi-même visité la région des Inuit Iglulik. Ces groupes sont localisés du côté nord-ouest de la baie d’Hudson et au nord de la terre de Baffin. En savoir +


Posted in Formations chant, voix & improvisation