Jouer, chanter, sans rire et sans parler

Chantal Grosléziat

De sa vie intra-utérine, le bébé gardera une mémoire suffisamment fine de la voix de tous les instants, de celle de sa mère, pour la différencier des autres voix féminines. L’attirance pour certains sons, rythmes ou mélodies, viendra de ce premier bain sonore prénatal. Mais si la musique est déjà présente dans la vie de l’enfant, le son induit sa première fonction, celle de la mise en alerte. Roland Barthes nous rappelle que le territoire du mammifère est jalonné d’odeurs et de sons et que, pour l’homme, l’appropriation de l’espace est elle aussi sonore. Une sorte de « symphonie domestique » faite de divers bruits familiers, claquements de portes, voix, bruits de pas, rumeurs extérieures…
L’enfant se met à jouer avec les sons, guidé par les adultes et déjà différent. Comment explore-t-il sa propre palette sonore ? En savoir +


Posted in Formations chant, voix & improvisation and tagged