Voix d’Afrique


VOIX D’AFRIQUE

 

 

Dobet Gnahoré

En devenant quartet, l’ancien duo “Ano Neko” a preféré mettre le nom de sa charismatique chanteuse en avant, Dobet Gnahoré est aujourd’hui sur le devant de la scène. L’histoire d’Ano Neko commence lorsque Colin Laroche de Féline débarque en Côte d’Ivoire et pose sa guitare dans le village d’artistes de Ki Yi M’Bock . Délaissant quelque peu sa formation jazz et classique il s’imprègne des rythmes et se lie à Dobet “Valérie” Gnahoré, fille d’un des fondateurs du village, Boni Gnahoré.

 

 

Anina Alaouii

Amina Alaoui (née en 1964 à Fès) est  remarquée dès son plus jeune âge par le célèbre maître Ahmed Piro, est considérée par le musicologue marocain Ahmed Aydoun comme une « (…) artiste de grand talent (qui) possède une gamme de nuances, de fioritures et une richesse d’expressions et de sensibilité, fruit d’un travail en profondeur dans toute la littérature musicale du Moyen Âge ». Née  dans l’ancienne capitale impériale et capitale de l’Andalousie, elle restitue, dans le respect de la tradition arabo-andalouse du Tarab El-Gharnati, les voluptueuses subtilités d’un art complexe. Les seize titres de Gharnati, son premier album enregistré en 1995 et suivi plus tard par Alcantara, assoient définitivement sa réputation et sa popularité.

 

Amal Murkus

Née le 11 juillet 1968 dans le village « Kafr yassif », en Palestine, Amal Murkus commence à chanter alors qu’elle n’a que cinq ans. Agée de 10 ans, elle apparaît pour la première fois à la télévision en participant à un concours de chant pour enfants à Qatar.
Elle continue à chanter tout en continuant ses études quand, en 1986, elle fait un duo avec le chanteur juif Alone Olarchik dans une chanson intitulée « Oghniyat essalém ». Elle fait un autre duo avec la chanteuse Say Hayman pour la chanson « Yotlikoun énnar wa yabkoun ». Dès lors, Amal Murkuss’investit dans ses propres chansons en collaborant avec le musicien Nizar Zrik.
Ses chansons portent des messages de paix et de révolte, ce qui lui permet de participer à différentes manifestations contre la guerre. En 1990, Amal met entre parenthèse sa vie de chanteuse, elle s’intéresse à son métier d’actrice et de présentatrice.
Elle sort son premier album « Amal » en 1998, le deuxième intitulé « Chawk » en 2004 et le troisième nommé « Naanaa ya naana » en 2007.

 

Dorsaf Hamdani
Dorsaf Hamdani (née en 1975) est une chanteuse et musicologue tunisienne. A l’âge de vingt ans, en 1995, elle participe à un festival célèbre à Amman et est récompensée avec une médaille. Elle poursuit des études en musicologie et obtient un DEA à l’Université Paris IV, la Sorbonne. Elle chante le répertoire traditionnel tunisien et arabe à l’étranger avec un timbre unique et justesse, une technique de chant appréciable pour ne pas dire irréprochable et une sensibilité à fleur de peau. Dorsaf Hamdani a apparemment tout pour plaire. La chanteuse nous semble, en effet, habituée à jouer sur les cordes sensibles d’un public nostalgique. Elle excelle, d’ailleurs, dans ce domaine: les Khalthoumyet, les Ismahinet, ainsi que les registres liturgiques. Elle sait varier les styles, tenter toutes les musiques, chanter plusieurs langues de plusieurs manières…Dorsaf Hamdani incarne la réinvention, dans la continuité, du répertoire des noubas tunisiennes.

Ali Reza Ghorbani
AliReza Ghorbani naît en 1972 à Téhéran, (iran) dans une famille religieuse coranique1. Très jeune, il découve la musique persane classique en écoutant à la radio iranienne le chanteur Gholam-Hossein Banan (en persan : غلامحسين بنان), grand maître du chant persan qui décèdera en 1962. En dépit de son jeune âge et de la complexité de cette forme d’expression vocale, propre à la tradition persane, ottomane et arabe, il apprend à maîtriser sa prosodie, sa cantillation (amplification de la parole, entre la récitation uniforme et la psalmodie) et les techniques de l’éclat des tahrir (« coups de glotte »)2. Transmis par tradition orale, cet art subtil du chant est à la fois sensuel et empreint de mysticisme : sa recherche personnelle va rapidement imposer son talent d’interprétation de premier ordre d’abord reconnu en Iran, puis en France et maintenant plusieurs pays du monde arabophones ou non.
Ali Reza Ghorbani est l’un des chanteurs les plus prometteurs de la jeune génération du chant persan. Il maîtrise aussi bien le radif que le tasnif.

Ndongo Lucky Diop
Ndongo Lucky Diop est né à Ziguinchor, en Juillet 1964. Son surnom est Lucky. Il appartient à la tribu Diola (Jola), l’une des rares tribus où tout le monde est un musicien. La position de son père dans le département de la justice lui a donné l’occasion d’aller dans le Nord du Sénégal (Podor et de Saint-Louis) pour apprendre plus sur la musique dynamique des Toucouleurs et Wolofs.

 

 

Ayub Ogada
Ayub Ogada est un musicien-chanteur-compositeur kényan d’origine luo né en 1952 à Mombasa. C’est, actuellement, le plus grand joueur virtuose de nyatiti (une lyre ancestrale jouée par les Luo du lac Victoria) et un excellent joueur de djembé
A l’âge de six ans, il suit ses parents (aussi musiciens) aux États-Unis d’Amérique alors que son père était étudiant en médecine. De retour au Kenya, il termine ses études dans une école catholique puis dans un pensionnat anglais avant de d’obtenir un emploi au Centre culturel français de Nairobi et de co-fonder le groupe African Heritage Band en 1979.
En 1989, il émigre en Grande-Bretagne « armé » de sa lyre nyatiti et débute comme artiste de rue avant de jouer avec le guitariste Zak Sikobe (également du Kenya) dans le groupe Taxi Pata Pata, de former le groupe Rafiki Orchestra et, surtout, d’être remarqué par Peter Gabriel grâce à qui il peut enregistrer, en 1993, son premier album appelé En Mana Kuoyo (« Juste un peu de sable » en luo) sous le label Real World et se produire au festival WOMAD de Redmond en 1998.

Ladysmith Black Mambazo
Ladysmith Black Mambazo est un groupe vocal sud-africain, fondé en 1960 par Joseph Shabalala. Célèbre pour ses performances a cappella, il est représentatif des styles mbube et isicathamiya. Sa composition a évolué au fil des années. Il a été rendu mondialement célèbre grâce à sa participation à l’album de Paul Simon Graceland.
Depuis les années soixante, le groupe vocal (et paradoxalement masculin) Ladysmith Black Mambazo est l’ensemble a capella le plus célèbre d’Afrique du Sud. Spécialiste du style de chant puissant mbube, et de son dérivé plus harmonieux l’isicathamiya, né dans les mines du pays, lauréat de Grammy Awards en reconnaissance de ses qualités artistiques, l’attention internationale s’est portée sur Ladysmith Black Mambazo grâce à sa participation en 1986 à l’album de Paul Simon Graceland. On a également pu les entendre aux côtés de Ben Harper, Stevie Wonder, Dolly Parton, ou…l’English Chamber Orchestra. Depuis ses débuts, la troupe a connu plus de trente chanteurs différents, enregistré plus de quarante albums, et vendu sept millions de disques.

 

Dimi Mint Abba
Issue d’une prestigieuse lignée d’Iggawin (équivalent des griots africains ou des troubadours occitans), Dimi Mint Abba chante les poésies anciennes, les épopées fondatrices des empires passés et les amours tragiques des amants transis. Ses chants incarnent toute la mémoire d’un peuple. Ali Farka Touré affirmait souvent qu’elle était sa chanteuse préférée.
Située aux confluences des musiques arabes et d’Afrique noire, la musique mauritanienne est une musique savante, basée sur une structure modale complexe (en cela, elle se rapproche de la musique orientale).Chacun des cinq modes renvoie à une émotion, chaque mode s’apparente à des gammes différentes : blues, jazz, arabo-andalou…C’est sans doute ce qui donne à cette musique si originale une dimension universelle, une approche si instinctive en dépit de sa complexité.

Ablaye Cissokho
Incontestablement , Ablaye offre un écrin brillant à une culture traditionnelle qui revisite la plus talentueuse et magique des façons. Seul sur scène avec son instrument Cissokho transporte le spectateur vers Saint-Louis sa ville adoptive grâce à des bandes sonores important les bruits du marché, ceux de la mer et du village. Un chaleureux contraste qui sert par moment d’introduction à certains morceaux. Abdoulaye Cissokho représente l’africain dans toute sa splendeur : beau, noble, souriant, révolté indigné, ensoleillé dragueur, généreux. A travers ses chansons il fait vivre tous les aspects de son quotidien qu’il représente tantôt en français, avant de s’envoler en wolof. L’artiste berce littéralement son public avec son instrument qu’il maîtrise à la perfection, la kora 24 cordes pincées avec les deux mains comme une limpide harpe mais aussi comme des violons permettant l’harmonie d’une guitare avec la splendeur du clavecin un très bel instrument au son merveilleux frisant parfois le mode oriental.

 

Idrissa Soumaoro
Regard vif, verbe fluide et bonté naturelle caractérisent au premier abord Idrissa Soumaoro. Compositeur interprète, il est l’auteur d’une œuvre singulière au sein de la chanson malienne qui a travaillé avec notamment Ali Farka Touré, Salif Keïta ou Amadou & Mariam. En dépit d’un talent constant, ses enregistrements sont extrêmement rares. On recense seulement trois albums en quarante ans de carrière! Peu connu à l’étranger, il est cependant une personnalité incontournable de l’histoire de la musique malienne. C’est à ce titre que Rokia Traoré, présidente du jury Découverte RFI 2004, avait voulu récompenser Soumaoro pour son second album Kote, alors en compétition. Elle voulait honorer cette légende méconnue de la musique malienne et la faire connaître au monde. Sept années plus tard, l’album Djitoumou, produit par Ibrahima Sylla et publié par Lusafrica, confirme l’immense talent d’interprète et de compositeur d’Idrissa Soumaoro

Habib Koité & Bamada
Issu d’une grande lignée de griots Khassonké, Habib Koité vient tout naturellement à la musique.
Son grand-père était un virtuose du n’goni (instrument traditionnel), son père jouait de la guitare et sa mère chante toujours aujourd’hui.
Le groupe est également composé de Souleymane Ann à la batterie et au chant, d’Abdoul Wahab Berthé à la basse, et de Boubacar Sidibé à la guitare, à l’harmonica et au chant.
Ils aiguisent leurs talents lors de leurs nombreux concerts au Mali et la complicité qui existe entre eux lors de leurs prestations en public est évidente et fait leur force.
Imprégné des légendes de son pays sans occulter les réalités de la société actuelle, Habib Koité a développé son propre style; mélange de musique et d’instruments traditionnels maliens (tamani, balafon, n’goni,…) s’alliant harmonieusement au son particulier de sa guitare qu’il joue tel un “kamalé n’goni”.

 

Pape & Cheikh
La musique traditionnelle africaine a acquis ses lettres de noblesse dans le monde entier. Mais rares sont ceux qui ont songé à associer l’Afrique avec le ‘folk’ occidental (guitares et protest songs), jusqu’au jour où deux types armés de leurs guitares se sont glissés entre deux sets lors d’une soirée consacrée à Dakar dans le cadre du ‘Urban Beats Festival’ au Barbican Center à Londres l’an dernier. Bien que très populaires dans leur pays natal, le Sénégal, Pape et Cheikh étaient quasiment inconnus en Europe. Ils ont immédiatement conquis le public grâce à leur énergie et à leurs mélodies bouleversantes.

 

Rokia Traoré
Rokia Traoré est Bambara. Elle se distingue par son style artistique mêlant tradition malienne (musique mandingue) et modernisme occidental. Comme son père était diplomate, elle a beaucoup voyagé dans sa jeunesse : Algérie, Arabie saoudite, France et Belgique. Elle s’entoure d’une équipe formée à l’école de la tradition. Ses musiciens utilisent surtout les instruments traditionnels : balafon, n’goni, karignan, guitare, djembé, yabara mais sa voix reste libre de s’éloigner des canons esthétiques établis. Rokia Traoré adapte sa musique à son temps et à ses préoccupations sans a priori, ni contrainte extérieures.
Très influencée par Billie Holiday, Rokia participera aux États-Unis en 2005, au spectacle « Billie & Me » consacré à la vie de la chanteuse légendaire.

Richard Bona
Imaginez un artiste qui ait la virtuosité de Jaco Pastorious, la fluidité vocale de George Benson, le sens de la chanson et de l’harmonie de Joao Gilberto, le tout mélangé à la culture africaine, vous avez Richard Bona. Issu d’une famille musicienne (grand-père griot et percussionniste, maman chanteuse), Richard Bona naît à Minta, au centre du Cameroun, en 1967. Ses proches évoquent un enfant capricieux, qui pleurait tout le temps, jusqu’au jour où des musiciens sont venus passer une journée dans la maison familiale. Fasciné par le balafon, Richard, qui a alors quatre ans, trouve sa voie pour sécher ses larmes et son grand-père lui offre son premier instrument. Un an plus tard, il joue dans l’église de son village natal avec sa mère et ses quatre sœurs. Très vite, il se taille une solide réputation et ses prestations sont appréciées lors des baptêmes, mariages et autres cérémonies. Comme nombre de musiciens africains, Richard doit faire preuve d’imagination pour fabriquer ses instruments. Ingénieux bricoleur, il conçoit sa guitare à douze cordes avec des câbles de freins de vélo.

 

 

 

 


Stage Voix / Thérapie par la voix / Stage de développement personnel / Montpellier


Posted in A mettre en ligne and tagged