Quand l’âme chante. La voix mélodique et son pouvoir affectif

Que je chante et que j’exprime la douleur qui me tourmente

Et il me semble qu’elle devient une eau qui apaise le feu en moi

Quarante fontaines et soixante-deux puits ne peuvent éteindre

Le feu qui flambe dans les tréfonds de mon cœur

Vintsentzos CORNAROS, poète crétois du XVIIesiècle


Par Xanthoula Dakovanou

Quand Erotocritos, le héros du poète crétois chante, son chant devient de l’eau, qui apaise le feu de l’amour passionnel qu’il a dans le cœur pour la belle Arethousa… C’est d’ailleurs par son chant, qu’elle tombe amoureuse de lui quand, un soir, dans le jardin du palais, sans savoir qu’elle est là et l’entend, il chante pour elle. Ce long poème, rappelant Romeo et Juliette ou Tristan et Iseut, a été écrit au XVIIe siècle en Crète par le poète Vintsentzos Cornaros mais il hante jusqu’à aujourd’hui les lèvres des jeunes et vieux chanteurs de l’île de Crète, devenant ainsi leur hymne « national » à l’amour.

2

Comment pourrait-on expliquer qu’à toutes les époques, dans toutes les civilisations le chant semble être l’expression la plus profonde de l’état affectif humain ? Théodore Reik, un des plus anciens élèves de Freud, croyait que la structure musicale peut représenter des sentiments. Il suggère l’idée que le matériel inconscient émerge parfois en tant que mélodie plutôt qu’en tant que mot pour la raison que la première pourrait mieux indiquer les états d’âme et les émotions inconnus.

Cette vision semble convenir à la l’acte de création de Beethoven qui, interrogé sur l’origine de ses idées musicales répondait ainsi : « … Elles surgissent sans avoir été évoquées, immédiatement ou par étapes ; ce qui les suscite, ce sont les dispositions d’esprit (Stimmungen) qui s’expriment avec des mots chez le poète et qui s’expriment chez moi par des sons» .

Aujourd’hui, de nombreuses études relevant du champ des sciences cognitives, menées en particulier aux États-Unis, se penchent sur l’impact de la musique sur l’émotion : elles confirment que celle-ci peut modifier un état d’âme existant, que les réponses affectives à une œuvre musicale sont uniformes chez la grande majorité des sujets, mais aussi que la musique vocale a un pouvoir évocateur plus important que la musique instrumentale . Le protocole scientifique vient donc confirmer ce que les hommes avaient ressenti et pratiqué durant des siècles.

3

Nous allons nous concentrer ici sur l’articulation de la mélodie et de l’affect. Nous allons étudier le pouvoir d’expression émotionnelle du chant et plus concrètement de la voix mélodique, qui est la forme musicale la plus ancienne, et nous allons ensuite analyser l’origine de ce pouvoir particulier.

4

Le chant est donc composé de trois éléments : texte, voix et mélodie. Quel élément porte l’émotion et à quel degré ? Souvent la thématique du texte mis en musique – le poème lui-même – est déjà fortement chargée affectivement. Dans les anthologies de chants populaires de diverses cultures, ces derniers sont souvent « catégorisés » en chapitres, selon le contenu de leur texte. Nous pouvons remarquer alors qu’une grande partie de ces « catégories » représentent des chansons qui expriment un état d’âme à travers leurs vers : berceuses, chants d’amour, de deuil, d’éloignement – voire même de chants historiques liés à la mémoire d’un événement historique qui a fortement marqué le sentiment collectif

5

Se pose alors la question suivante : pourquoi mettre en musique le texte ? Ne suffirait-il pas de réciter le poème ? Le chant rajoute au poème la mélodie, chantée par la voix humaine, et celle-ci se charge d’un message émotionnel qui ne passe pas par les mots et donc le sens. Elle vient souligner, servir le texte et même parfois le dépasser, pour transmettre un état d’âme pur. Ainsi, la combinaison du sens (texte) et de l’affect (mélodie et souvent aussi texte) donne au chant un pouvoir expressif unique, utilisé dans toutes les civilisations et toutes les époques. En savoir +


Posted in Formations chant, voix & improvisation