CULTURE VOCALE gamme indienne

Pour télécharger le document CULTURE VOCALE gamme indienne

 

 

CULTURE VOCALE

Basée sur la gamme Mayamalavagaula

Bourdon en Sa, Pa, Sa  (Sib, Fa, Sib)

SA     RE    GA   MA    PA   DA     NI    SA

                  Sib   Dob   Ré   Mib    Fa   Solb   La   Sib

 

Préparation:

Tout en bouche fermée sur MMMM…

-Sur le SA “mâcher ” le son pour trouver le maximum de brillance et d’harmoniques

-Chanter:

SA: 3 fois

SA glissando lent vers PA: 3 fois

PA: 3 fois

PA glissando lent vers SA: 3 fois

SA: 3 fois

SA glissando lent vers PA: 3 fois

PA: 3 fois

PA glissando lent vers SA: 3 fois

SA: 3 fois

SA glissando lent vers PA: 3 fois

PA: 3 fois

PA glissando lent vers SA: 3 fois

SA: 3 fois

 

Cette préparation peut se faire sur chacune des voyelles:

A, O, è, OU, I

 

La position est:

-assis au sol avec un coussin sur l’arrière des fesses de manière à ce que le dos soit droit et                  tonique

-assis sur l’avant d’une chaise sur le bout des fesses; pas d’appui sur le dossier, les pieds à                  plat sur le sol.

Le menton est toujours légèrement rentré, la nuque est tendue dans le “ciel”, le dos est               comme un arc.

Notes qui descendent: arrondir de plus en plus le dos, écarter les omoplates en se penchant             en avant, les bras enrobe un gros ballon devant soi, la vibration est dans le haut du dos.

Notes qui montent: se pencher en arrière avec le dos droit, tenir sur les abdos, ne pas                         casser la nuque en arrière mais rentrer le menton, sentir la force dans le bas du dos.

 

 

Chant des notes et placements:

 

Chanter les notes de la gamme plusieurs fois avec les onomatopées pour travailler les                            placements de chaque “onomatopées/notes”.

Pas d’ornementations à ce stade: chercher la forme de la “bouche/lèvres/palais/gorge”,               c’est à dire le “formant/placement/onomatopé”.

Peu à peu la note doit “tomber” dans le formant/placement/onomatopée

 

 

Chanter gamme montante et gamme descendante:

SA: formant naturel, qui vient naturellement, pas de consigne

RE: dans le front, très brillant, diagonale milieu du front vers ciel

GA: comme un oeuf dans la bouche

MA: comme une planche horizontale dans la bouche

PA: sentiment vertical, machoire inférieure relachée

DA: émotion profonde, poitrine qui donne

NI: comme le RE: dans le front, très brillant, diagonale milieu du front vers ciel

SA: formant naturel, qui vient naturellement, pas de consigne

 

Sans rythme avec recherche des formants

Avec rythmes: lent , moyen, rapide

le rythme est doublé à chaque fois:

-une montée/descente à la blanche

-deux montée/descente à la noire

-quatre montée/descente à la croche

-mêmes exercices  avec seulement les voyelles (ne plus utiliser les onomatopées)mais en               gardant les formants pour chaque note: MM, A, O, è, OU, I

-mêmes exercices en choisissant un seul formant (par exemple celui du RE) pour toutes les               notes.

-mêmes exercices en visualisant:

soit le son qui sort et qui va très loin de nous

soit le son qui rentre en nous au plus profond de nous même

 

Ornementations:

 

Ces glissando et mélismes sont traditionnellement fixés.

Ils permettent la circulation naturelle et physique du son dans le corps (eau, squelette, …).

Ils permettent de toucher des micro-intervalles (quart de ton) et de les cultiver aussi bien                       dans sa propre écoute sonore que dans ses vibrations physiologiques induites.

Le corps devenant instrument, il “appelle” peu à peu les notes. Les notes ne sont plus                             seulement le fruit de décisions intellectuelles mais tout comme un instrument musical, la              position physiologique (formant, placement, position, muscles, souffle…)  corporelle                           “appelle” le son.

 

Ci-dessous, extrait de l’ouvrage:

La musique Carnatique

                       Daniel Bertrand

                       Editions du MAKAR

 

L’ornementation peut être travaillée comme une ondulation qui va “toucher” les notes                    requises alternativement en une seule ligne mélodique.

On peut utiliser d’abord les onomatopées puis ensuite les voyelles de manière à “lisser” la                   ligne mélodique qui ondule entre les notes.

 

On peut utiliser le corps dans une “globalité/gainage” dos/bras. Le bras dessine un cercle                      vertical devant soi. Chaque cercle se répercute dans la globalité du corps (ce n’est pas que le                 bras qui fait le cercle).

Suivre avec le bras une “ornementation/cercle/ondulation/mélisme”

Grand cercle = ondulation lente  / Petit cercle = ondulation rapide

Enchainer les petits cercles rapidement = vibrato

Expérimenter les deux sens de rotation (vers l’extérieur, vers l’intérieur).